JlogomarronAbbaye Notre Dame de Jouarre

PascalInfini
nous avons vu l'étoile Nous ne sortons pas souvent de notre monastère, mais cela ne nous empêche pas de témoigner et d'expliquer ce qui nous rend heureuses. Le Seigneur comble les coeurs qui se fient en Lui.

Interreligieux 2014

Quelques échos d'une Journée interreligieuse
qui a eu lieu à l'Abbaye de Jouarre 10 avril 2014

 Nous continuons cette année le « Pèlerinage d’Ecoute » initié, il y a trois ans, par Frère Benoît Billot, dans le but de mieux connaître les différentes traditions religieuses. Cette troisième Rencontre interreligieuse avait lieu à Jouarre.

Qui étaient les participants ?
-     
nos amis de l’ashram de Gretz, de tradition hindoue
-     
deux Sœurs de tradition bouddhiste tibétain,
-     
des frères et sœurs de tradition chrétienne
-     
quelques amies, parmi lesquelles une jeune en long séjour à l’hôtellerie, très intéressée par le dialogue interreligieux.

Cette année, nous avons proposé, comme porte d’entrée dans notre vie, une visite des lieux chargés d’histoire de notre Abbaye :

la Tour Romane et la Crypte mérovingienne.

Pour introduire à cette visite, un enseignement avait été donné le matin sur la Tour Romane et son message.

La Tour, bâtie au dixième siècle, s’impose dans le paysage de la région. Toutefois elle n’est pas seulement un site archéologique à visiter. … Le monastère est habité !

Symbole de solidité, de stabilité, cette Tour solide qui a traversé les siècles parle au tout-venant plongé, qu’il le veuille ou non, dans un monde en mutation rapide.

Édifice de pierre, elle évoque pour nous le Christ, pierre de fondation et clef de voûte. Elle renvoie aussi à la communauté, cet édifice spirituel fait de « pierres vivantes », taillées, burinées et tenues ensemble par le ciment de l’amour.

Comme la Tour a servi de tour de garde aux temps des grandes invasions, elle est aussi symbole de vigilance. Elle nous rappelle notre mission de vigilance, dans la prière et l’amour fraternel.

Le Bourg de Jouarre, qui s’est progressivement construit autour du monastère, a d’ailleurs choisi comme devise « Toujours je veille ».

 

Après un repas végétarien, pris sur fond de musique, nous nous sommes rendus à la Crypte mérovingienne, en passant par le cloître et le jardin.

La nature était en fête, les arbustes revêtus de leur plus belle parure, comme vous pouvez le voir sur la photo des participants à cette Rencontre !

INTER2014

Dans la Crypte, nos hôtes ont pu admirer les tombeaux de nos premières abbesses, décorés de sculptures, ainsi que le tombeau de saint Agilbert, qui présente sur le  panneau à la tête  du défunt un « Christ Tétramorphe ».

Pour découvrir l'histoire de notre Abbaye, cliquez ici !


Au retour, nous avons librement échangé autour d’une tasse de thé à l’hôtellerie. A la suite, nous avons présenté « saint Benoît, un homme béni de Dieu », à partir de sa biographie rédigée par saint Grégoire le Grand.

La Règle rédigée par saint Benoît est le fruit de son expérience personnelle : une vie d’ascèse et de prière. Son biographe dit en effet : « il habita avec lui-même, seul sous le regard de Dieu » avant de fonder des communautés monastiques.

 

En fin d’après-midi nous avons évoqué nos convergences, et aussi nos divergences, selon les différentes voies spirituelles.
En voici quelques exemples :

La stabilité est essentielle dans notre tradition monastique chrétienne, comme le signe de l’enracinement dans le Christ. Dans la tradition bouddhiste on parlera plutôt d’ « impermanence » ; dans la tradition hindoue on parlera alors d’ « illusion ».

La transmission est extrêmement importante, dans les traditions hindoue et bouddhiste, dans une relation maître/ disciple. Dans la tradition chrétienne, nous sommes d’abord attentifs à adhérer à une Personne, le Christ qui est Dieu ; l’adhésion à l’enseignement est très secondaire.

Cette journée si riche s’est achevée dans un long temps de silence, à l’Oratoire. Chacun était invité à descendre dans la « grotte de son cœur ».

Dialogue Interreligieux Monastique

Une belle journée dans le cadre du

DIALOGUE INTERRELIGIEUX

un « Pèlerinage d'Ecoute »

               

 

    Que s'est-il donc passé le 1er mars 2013 à l'Abbaye de Jouarre ? 

  Des robes de toutes couleurs, des peaux, des timbres de voix différents...

Eh bien vous allez le savoir ! Voici !

 

"Un pèlerinage d'écoute". Drôle de nom ! 

Ce projet lancé l’an dernier par Frère Benoît Billot, Bénédictin d’Etiolles, longtemps responsable du DIM en France, est de mieux connaître les richesses de nos différentes traditions religieuses, en recevant l’hospitalité successivement dans une communauté bouddhiste (Nonnes bouddhistes zen de Nitch Nath Hahn à Noisy-Le-Grand), une communauté chrétienne (Jouarre) et un ashram (Gretz au sud du département).

 

Se mettre à l’écoute, comme des disciples, en recevant un enseignement, en partageant la prière, la méditation, le repas et les partages, telles sont les différents aspects de ce projet qui prend corps progressivement en Ile de France.

 

DIM2

 

         

        

 
   
La 2èmeRencontre de l’année a eu lieu à Jouarre, le vendredi 1 mars, et a réuni une vingtaine de personnes, de tradition hindoue, bouddhiste vietnamien et tibétain, soufie et chrétienne.

Les différentes harmoniques de cette journée ont été :

1) l'enseignement sur des témoins de la vie monastique chrétienne;

2) la visite des espaces réservés aux sœurs dans l'Abbaye;

3) le partage d'un moment de prière à l'église;

4) la lectio divina ou lecture d'une page de la Bible.

DIM4

 

Voici quelques illustrations de ces moments intenses partagés :

 

- un enseignement qui était une présentation de 2 grands témoins de la vie monastique en Egypte, Antoine, père des moines, qui a vécu en ermite et Pachôme qui est à l’origine de la vie cénobitique, communautaire. Un aperçu historique de l’abbaye de Jouarre, fondée au 7è siècle fut ensuite donné

 

- une entrée en clôture avec une visite guidée à travers les différents lieux distribués autour du cloître, expliqués à partir de citations de la Règle de St Benoît.

La promenade silencieuse dans le jardin du cloître a été un moment particulièrement fort.

 

- la prière du milieu du jour, Sexte, avec le Ps. 118 qui chante l’amour de la loi et des intentions de prière pour chacune des différentes traditions

 

- le repas à la salle à manger de nos hôtes, avec une lecture sur la Vie Bénédictine faite par deux sœurs qui se relayaient.

 

- une lectio sur la Rencontre de Jésus avec la Samaritaine (évangle de saint Jean au chapitre 4).

 

DIM3

 

Etonnement d’entendre les membres des autres traditions religieuses reprendre une phrase qui les avait touchés, " culte en esprit et vérité "...

Nous savons pertinemment que cette expression prend un sens différent chez ceux qui ne partagent pas notre foi.

 

Seul l’Esprit Saint qui " nous précède dans le cœur de l’autre " connaît le chemin de la Parole en chacun des participants !

 

 

Dans l'après-midi nous avons proposé une visite de nos Ateliers de céramique.

Le travail manuel est un gagne-pain, bien sûr, mais aussi un " point d’ancrage pour les pensées ", ce qui est une dimension essentielle dans toute vie spirituelle.

 
   
   
   
   
   
   
DIM1

        

La présence de sœurs de différentes générations travaillant ensemble dans une atmosphère de silence, a été un élément qui a beaucoup marqué nos hôtes.

 

Nous avons pris le temps de partager sur le vécu de la journée.

Pouvoir se dire les uns aux autres, dans la plus grande simplicité, avec respect et écoute mutuelle, ce qu'on a découvert, apprécié, aimé.

 

Pour clore la journée, avant la prière des Vêpres, nous nous sommes recueillis quelques minutes, dans le silence de l’oratoire.

C'est une ancienne crypte, un lieu où chacun est invité à descendre au fond de son cœur, ce lieu profond où nous nous retrouvons tous, frères et soeurs en humanité.

Soeur Solange, responsable du DIM à Jouarre

 

Profession temporaire

LA VIE MONASTIQUE EN QUELQUES ETAPES

La vie monastique est une marche à la suite du Christ, comme toute vie chrétienne.

Il y a des étapes sur la route.

Une jeune commence par regarder notre vie, puis elle demande de la partager un peu plus.

C'est l'entrée au NOVICIAT. Voir la page sur cette étape.

 

Après environ deux années de noviciat, la candidate s'engage pour TROIS ANS en prononçant des voeux temporaires.

C'est l'étape que notre jeune Soeur a franchie le 14 septembre 2011, dont vous voyez quelques photos.

 

Enfin la professe temporaire s'engage pour TOUJOURS.

C'est l'étape de la profession solennelle. Voir la page sur cette étape.

 

Ces étapes sont ratifiées par les deux parties :

- De son côté, la candidate demande librement de s'engager plus avant,

ou bien elle est libre de se retirer ;

 

- et de son côté, la communauté accueille la candidate à partager pleinement sa vie en tout (droits et devoirs),

ou bien, si elle pense meilleur qu'elle se retire, elle l'aide à s'insérer ailleurs.

 

C'est ce que nous appelons le discernement d'une vocation.

Voilà la belle oeuvre, qui est confiée par l'abbesse à la maîtresse des novices.

 

appel

-  Soeur N.

le Seigneur t'appelle à le suivre.......

 

 

- ME VOICI, Seigneur !

 

Me voilà prête à prononcer les voeux

pour m'engager, pour trois ans,

à vivre dans la STABILITE,

l'OBEISSANCE

et à me CONVERTIR pour mieux vivre l'Evangile

au sein de la Communauté.

L'Abbesse présente la Règle à la novice :

 

- Voici la REGLE DE SAINT BENOIT.

 

C'est notre Règle de vie à Jouarre,

actualisée par nos coutumes - ce qu'on appelle "le coutumier".

 

Si tu peux t'engager à la suivre,

ALORS VIENS,

et mets-la en pratique.

regle
cedule

La novice répond affirmativement :

 

elle s'engage effectivement à

vivre l'Evangile à la manière de saint Benoît,

 

c'est-à-dire en le mettant en pratique

de cette façon spécifique décrite dans la Règle bénédictine.

 

La nouvelle PROFESSE

a rédigé son propos,

ou cédule d'engagement.

 

Elle signe ce document,

le montre à l'assemblée,

puis le dépose sur l'autel.

 

Le témoin ultime de sa décision libre,

c'est le Seigneur.

A l'issue de la célébration eucharistique,

la nouvelle professe est accueillie par la communauté.

 

Dans le cloître,

chacune échange un baiser de paix.

 

C'est un moment intense,

dans la sobriété de son rite.

 

Désormais, pour trois ans,

tout est commun entre nous !

baiser paix
accueil cte

autel

La Profession a eu lieu le 14 septembre,

jour de la Solennité de la Croix Glorieuse.

 

Nous affirmons dans la FOI

que Dieu a sauvé le monde en donnant son Fils unique.

 

Jésus est mort sur la Croix,

et il est ressuscité le troisième jour,

conformément à ce qui était annoncé dans les Ecritures.

 

La CROIX devient le signe du SALUT.

 

Elle est donc désormais, pour nous Chrétiens,

non plus un instrument de supplice

mais le trône du CHRIST SIEGEANT GLOIRE.

 

C'est la clé de lecture

pour le bouquet en forme de Croix au pied de l'Autel.

 

ROUGE et JAUNE.

 

Par le sang du Seigneur

JAILLIT LA RESURRECTION ET LA VIE.

A la fin de la journée,

nous retrouvons notre jeune soeur

et l'écoutons nous partager sa joie.

 

La profession est un acte libre

accompli d'un coeur libre.

Alors..... le coeur est dilaté de bonheur.

 

 

temoin

 

 

 

CD ensemble prions

Un nouveau CD à l'Abbaye !

Enregistré début mars 2012, et maintenant en vente ! 19 €

 

 

Nous en parlions depuis longtemps ! oui..... mais il fallait faire des "révisions", choisir un répertoire etc etc.

Nous y sommes ! le voici qui est né, et "bien né" - sous forme de Digipack, avec un livret de 40 pages à l'intérieur !

 

 

et 80 minutes de musique et chants, psaumes de notre office, méditations, prières.......

 

Bref, Prions ensemble ou encore ENSEMBLE PRIONS !

ne manquez pas d'ajouter cette pièce à votre collection lors de votre prochaine visite.

D'ailleurs, vous pouvez l'acquérir dès maintenant sans vous déplacer, il est en vente sur notre site !Prix : 19 €

 

 

Profession Solennelle

LA VIE MONASTIQUE

Etape de la Profession Solennelle

Cette profession fut célébrée

le lendemain de Noël, ce 26 décembre 2010.professe

 

 

Cette si belle célébration est une bonne occasion pour proposer le témoignage des engagements des moines et moniales aujourd'hui, dans l'Eglise et le monde de ce temps.

 

Nous sommes heureuses de proposer à votre méditation et prière quelques photos avec leur commentaire, qui est une application du chapitre 58 de notre Règle de vie, la Règle de notre Père saint Benoît (+580).

 

Voici à gauche la nouvelle professe, originaire de Corée !

 

Dans la salle à manger elle souhaite la bienvenue à tous les convives, à l'issue de la célébration.

 

 

 

 

Selon notre Règle,

nous nous engageons en prononçant trois voeux propres à notre Ordre.

 

 

Les trois vœux bénédictins, cf. Règle de saint Benoît 58,verset 17, sont en effet  :

1) STABILITE

2) CONVERSION

3) OBEISSANCE

dans un cadre précis puisqu'ils engagent la jeune sœur envers la communauté et réciproquement.

 

 

 

à gauche

vous apercevez la crèche

- nous sommes au lendemain de NOËL! -

et la famille, en habits traditionnels somptueux.

 

 

Pendant la cérémonie,

tout le monde est recueilli,

bien sûr !

 

 

 

 

ci-dessous, entrée des célébrants. Un diacre coréen avance en présentant vigoureusement l'Evangile qu'il proclamera un peu plus tard.

preparatifs

entree_celebrants

 

L'appel de la professe a lieu après la proclamation de l'Evangile, et la profession après l'homélie.

 

 

à droite, notre Soeur lit la cédule de son engagement - qu'elle a  écrit elle-même et décoré, sur parchemin.

 

Nous sommes joyeusement fidèles à cette tradition qui remonte au sixième siècle.

 

Les cédules sont soigneusement gardées aux archives de l'Abbaye.

lecture_cedule

1) Veux-tu ne rien préférer à l'amour du Christ, en t'attachant à Lui d'un cœur libre et plein de joie ?

Veux-tu vivre jusqu'au bout la communion avec tes sœurs en promettant pour toujours la STABILITE dans ce monastère de Notre Dame de Jouarre au diocèse de Meaux ?

- Oui, je le veux avec la grâce de Dieu.

signature_cedule
coule_psautier

 


2) Ne désespérant jamais de la miséricorde de Dieu,

(c'est une citation de notre Règle de vie, au chapitre 4)

veux-tu travailler chaque jour avec tes sœurs à rendre ta vie

plus conforme au chemin tracé par l'Evangile, en vivant la vie monastique selon la Règle de saint Benoît ?

C'est-à-dire veux-tu t'engager sur la voie de la CONVERSION toute ta vie ?

- Oui, je le veux.

 

 

costume

presentation_cedule

 

La professe présente sa cédule, après l'avoir signée de sa propre main.

 

ci-contre, une nièce de notre soeur, en robe traditionnelle.

Le matériau comme les couleurs... tout est somptueux.

 

3) Veux-tu promettre de professer l'OBEISSANCE

en n'ayant rien de plus cher que le Christ,

(citation de notre Règle, au chapitre 4 et au chapitre)

Lui qui est venu nous apprendre à nous aimer les uns les autres comme Il nous a aimés ?

 

- Oui, je le veux.

 

 

offertoire
av_litanies

La professe est à genoux devant Mgr de Berranger, entourée de sa maman, son frère aîné, et Mère Abbesse.

 

 

 

ci-dessous, prière de consécration.

L'évêque impose les mains au-dessus de la professe en appelant l'Esprit Saint. Car c'est Lui qui nous garde dans l'amour du Seigneur et le respect de notre vocation.

 

Les soeurs élèvent les mains en signe d'intercession et de communion à cette prière.

4) Voyant le Christ en tes soeurs,

veux-tu veiller avec elles dans la prière et les aimer dans les bons et mauvais jours, dans l'abondance et la pauvreté, dans la souffrance et dans la joie, et vivre ainsi dans l'Eglise ta solidarité avec les hommes dans la marche commune vers le Royaume de Dieu ?

- Oui, je le veux.

consecration

 

 

 


 

litanie

 

ci-dessus chant des Litanies.

Nous invoquons tous les saints et les prions d'intercéder pour la nouvelle soeur.

 

 

On chante les Litanies à la Vigile pascale et lors des ordinations sacerdotales et épiscopales - et aussi aux professions solennelles.

sortie_clerge

accueil_cteVous apercevez ici le baiser d'accueil. Désormais Soeur Marie-Emmanuel fait entièrement partie de notre communauté.

 

Accueil par la communauté de l'Abbaye Notre Dame de Jouarre :

 

Mère Abbesse :

Chère Sœur, tu fais définitivement partie de note communauté, c'est avec JOIE que nous t'accueillons.

Désormais TU AS TOUT EN COMMUN AVEC NOUS ;

Tu peux compter sur tes sœurs et tes sœurs peuvent compter sur toi, pour persévérer ensemble à l'école du service du Seigneur.

signature_cedule

Monseigneur Olivier de Berranger a passé 17 ans en Corée.

Il parle couramment le coréen, le lit et l'écrit...

C'est assez rare chez les Français !

 

Il a donc pu rencontrer la famille, prononcer l'homélie dans la langue d'origine de notre soeur... et nous inciter à découvrir mieux la richesse de la culture coréenne !

 

Qu'il soit chaleureusement remercié. 

MgrBerranger
remise_insignes

La lecture de la CEDULE ou charte d'engagement a lieu selon les modalités propres au monastère,

 

Ensuite la professe signe ce document,

puis elle le présente à l'Eglise rassemblée, représentée par l'évêque et les prêtres et diacres, à la communauté et à toute l'assemblée

 

comme c'est indiqué dans notre Règle de saint Benoît au chapitre 58,versets 19-20  (voir ci-dessous).

 

La nouvelle soeur entonne ensuite le chant du SUSCIPE, verset psalmique en grégorien, entonné trois fois par la nouvelle professe et repris par l'ensemble de la communauté, cf. Règle de saint Benoît 58,verset 21

 

SUSCIPE ME DOMINE SECUNDUM ELOQUIUM TUUM ET VIVAM

ET NON CONFUNDAS ME IN EXPECTATIONE MEA


 


 

celebrants

La cérémonie de "Remise des insignes" :

Remise de la coule,

l'ample vêtement de prière des moines, cf. Règle de saint Benoît 58,verset 26 :

Mgr de Berranger :

Seigneur, daigne bénir Sœur Marie-Emmanuel à qui nous remettons en Ton Nom l'habit monastique.

Par Ta grâce, qu'elle persévère, dans le don d'elle-même et reçoive la vie éternelle.

Mère Abbesse :

Sœur N., reçois le vêtement de prière de notre Père saint Benoît.

Puisses-tu par ta persévérance et ta fidélité être pierre vivante dans la communion des saints qui ont porté cet habit monastique.

Remise de l'anneau,

alliance que les sœurs qui ont fait profession portent à l'annulaire droit :

 

Mgr de Berranger :

Sœur, recevez cet anneau en signe de votre union avec le Christ.

Gardez une fidélité sans partage au Seigneur.

Remise du psautier.

Le chant des psaumes est la base de la prière monastique, dans ses deux volets inséparables, louange et intercession ou prière pour le monde :

 

 

 

Mgr de Berranger :

Sœur, recevez le livre de la prière de l'Eglise afin de chanter sans cesse la LOUANGE de Dieu et d'INTERCEDER pour le salut du monde entier.

sortie1

A l'issue de la cérémonie, une rencontre festive a rassemblé tous les participants.

Des amis musiciens de notre Soeur ont joué pour la grande joie de tous !

orchestre

Nous vous proposons ci-dessous l'ensemble du chapitre 58 de notre Règle,

qui traite de la manière de recevoir les jeunes frères (soeurs, chez nous) !

 


 

 On n'accordera pas facilement l'entrée du monastère à celui qui vient s'y engager dans la vie religieuse;

 mais on fera ce que dit l'Apôtre: "Eprouvez les esprits pour discerner s'ils sont de Dieu." (1 Jn 4,1)  

 

 Si le postulant persévère à frapper à la porte, et s'il supporte patiemment les rebuffades et les difficultés qui lui sont faites à son entrée, et s'il persiste dans sa demande depuis quatre ou cinq jours, il obtiendra alors la permission d'entrer.  

 

 Ensuite, il passera dans le logis des novices, où ils méditent, mangent et dorment.

 

 On lui donnera, pour le conduire, un ancien qui soit apte à gagner les âmes et qui veillera sur lui très attentivement.

 Il examinera avec attention si le novice cherche vraiment Dieu, s'il est attentif à l'Œuvre de Dieu, à l'obéissance et aux humiliations.

 

 On lui fera connaître toutes les choses dures et âpres par lesquelles on va à Dieu.

 

 S'il promet de persévérer en sa résolution, alors, après deux mois, on lui lira cette Règle tout au long,  et on lui dira:

"Voici la loi sous laquelle tu veux militer. Si tu peux l'observer, entre; sinon, tu es libre de te retirer."  

 

S'il persiste, on le reconduira au susdit logis des novices, et on se remettra à éprouver de toute manière sa patience.

 Au bout de six mois, on lui lira encore la Règle, afin qu'il sache à quoi il s'engage.

 

 S'il persévère toujours, après quatre autres mois, on lui relira encore une fois la même Règle.  

 

Si enfin, après mûre délibération, il promet de la garder dans tous ses points et d'observer tout ce qui est commandé, il sera reçu dans la communauté,  sachant au surplus que, en vertu de la Règle, il ne lui est plus permis, à partir de ce jour, de sortir du monastère,  ni de secouer le joug de cette Règle, qu'après une aussi longue délibération il a été à même de refuser ou d'accepter.

 

= engagement solennel

 

 Avant d'être reçu, il promettra donc publiquement, dans l'oratoire, stabilité, vie religieuse et obéissance  en la présence de Dieu et de ses saints. Il sait donc que, si un jour il manquait à l’engagement, il serait condamné par Celui dont il se serait joué.

 

= cédule

 

 De cette promesse, il fera une demande écrite au nom des Saints dont les reliques sont en ce lieu, et de l'abbé présent.

 Il écrira cette demande de sa propre main, ou du moins, s'il est illettré, il priera un autre de l'écrire pour lui.

Le novice lui-même la signera, et de sa main la déposera sur l'autel.  

 

= SUSCIPE

 

Lorsqu'il l'y aura placée, il entonnera aussitôt ce verset:

"Reçois-moi, Seigneur, selon ta parole et je vivrai, et ne me confonds pas dans mon attente." (Ps 118,116)  

 

 Toute la communauté répétera trois fois ce verset, et conclura par le Gloria Patri.  

 

= baiser d'accueil par la communauté

 

Le novice se prosternera ensuite aux pieds de chacun des frères, afin qu'ils prient pour lui.

A dater de ce jour, on le tiendra pour membre de la communauté.

 

 S'il possède quelque avoir, ou bien il le distribuera auparavant aux pauvres, ou bien il l'attribuera au monastère par une donation solennelle, sans rien se réserver du tout;  car il sait que, dès cet instant, il ne peut plus même disposer de son propre corps.

 

= remise des insignes, la coule et le voile

 

 On le dépouillera donc immédiatement dans l'oratoire de tous les effets personnels dont il était vêtu, et on le revêtira d'habits appartenant au monastère.  

 Les vêtements qu'il aura quittés seront conservés au vestiaire,  afin que si, un jour, à l'instigation du diable, il voulait sortir du monastère ­ ce qu'à Dieu ne plaise ­ on puisse lui ôter les habits du monastère et le chasser.  

 On ne lui rendra pas néanmoins sa demande écrite, que l'abbé a prise jadis sur l'autel, mais on la gardera dans le monastère.


famille_cloitre