Homélie
Prière universelle

 LE ROYAUME DE DIEU EST PROCHE Mc 1/14-20

En lisant saint Marc, comme nous le faisons cette année, nous voyons que Jésus a d’abord rejoint le groupe des disciples de Jean Baptiste, se faisant disciple de celui qui l’annonçait jusqu’à lui demander d’être baptisé par lui ; Jean Baptiste arrêté, sa mission s’arrête et Jésus prend le relais. Il part au nord, en Galilée et sa prédication se résume en cette formule : le Royaume de Dieu est tout proche. Si nous entendons par Royaume de Dieu sa domination sur toutes choses et en particulier sur le mal, elle n’a jamais cessé. Il est Seigneur de toute éternité. Mais la façon dont il domine le mal nous est révélée par Jésus Christ. Dominer le mal ne signifie pas le faire disparaître, mais prendre appui sur lui, l’utiliser, comme Jésus le fait dans la Passion en laissant Satan épuiser ses forces.

QUE CHERCHEZ-VOUS ?
(Jean 1/35-42)

Voici bien une question que l’on retrouve dans tous les écrits de saint Jean. Dès la première ligne de son évangile, nous lisons que le Verbe au commencement était auprès de Dieu, et à la fin du prologue, nous apprenons qu’il a habité parmi nous. Au début de sa première lettre, Jean nous dit que « nous l’avons vu de nos yeux, touché de nos mains. » Quand le Baptiste dit : « Voici l’Agneau de Dieu », il le localise. Rien d’étonnant à ce que ses futurs disciples, Jean et André lui demandent : « Où demeures-tu ? » répondant à une première question de Jésus : « Que cherchez vous ? »

Tout cela est très actuel.
Si certains sont tranquillement installés dans l’ignorance et la suffisance,
combien se disent en recherche ?

Jean et André ne savent pas encore clairement ce qu’ils cherchent, mais ce qu’ils veulent c’est connaître le lieu de la présence de Dieu. Jusqu’alors pour les juifs, c‘était le Temple de Jérusalem. Mais voici des temps nouveaux, inaugurés par Jean Baptiste. Désormais le lieu de la présence de Dieu, ce ne sera plus Jérusalem ou la montagne de Samarie, mais le Corps du Christ, un lieu qui prendra toute une extension.

LE JOURDAIN
(Marc 1/7-11 l0.1.21)

Il y a bien des figures du baptême dans la Bible. Il y a d’abord le chapitre 1 de la Genèse où nous voyons l’abîme primordial, masse d’eau sans rivage, figurer le néant. Nous pouvons pressentir que notre baptême comportera un aspect de création : avec lui surgira une réalité qui n’était pas encore là.
Avec le déluge nous apprenons que le péché, c’est à dire le refus de se construire à l’image de Dieu, provoque le retour au néant initial. De fait nous ne pouvons être autres qu’images de Dieu… Cependant, ce néant est en quelque sorte traversé et une humanité nouvelle surgit à la sortie des eaux.
Voici maintenant la traversée de la mer rouge et du Jourdain : passage de l’esclavage à la liberté, création d’un peuple nouveau sur une terre nouvelle. « l’ancien a disparu, un être nouveau est là » dit St Paul. Nous sommes alors dans le thème omniprésent dans le nouveau testament de la création nouvelle dans le Christ.

A priori nous pourrions penser que Jésus n’avait aucune raison de se soumettre au baptême de Jean. Il n’a pas besoin de se laver, de traverser les eaux mortelles, de renaître dans un baptême pratiqué pour la rémission des péchés.

En lui il n’y a pas de division entre les hommes et Dieu.

Jean dit bien qu’il n’est pas digne de se courber pour défaire la courroie de ses sandales, un geste qui ne se fait qu’à la fin d’un parcours. Ne pouvons-nous pas voir ici une évocation de ce qui achève le parcours terrestre du Christ, sa mort et sa résurrection ? Le récit de son baptême est une sorte d’anticipation pascale, sa vie publique prenant place entre ces deux récits du passage à travers la mort, symbolique pour le premier, réel pour le second. Jésus lui-même parle de sa passion comme du baptême dont il doit être baptisé. Jésus est venu faire un avec nous dans la détresse où nous ont plongé nos violences, pour que nous fassions un avec lui dans l’humanité nouvelle. Lui n’avait nul besoin d’être baptisé, mais bel et bien nous-mêmes qui naissons avec lui comme membres de son corps.

Abbaye
Notre Dame de
Jouarre